Résumé et supports des interventions

 

Les outils de l'observation transfrontalière

Présentation du projet "Border Region Data Collection" / Ricardo Ferreira (DG REGIO), Samuel Balmand (INSEE)

Le projet européen  (financé et encadré par la Commission Européenne)  "Border Region Data Collection" a permis de faire un premier état des lieux au niveau européen de la disponibilité de données permettant d'étudier les espaces transfrontaliers. Ce projet constitue un véritable test à échelle réelle autour de la thématique de l'emploi dans les régions frontalières. Nous présenterons le contexte du projet, les objectifs qui ont été définis, la collecte de données réalisée, quelques résultats issus de l'analyse de ces données et les principaux enseignements qui peuvent être tirés de ce projet. L'Insee a pris part au projet aux côtés des instituts de statistique néerlandais, belge, italien, polonais, allemand, danois et slovène.

Consulter la présentation en pdf (à venir ...)

 

Présentation de l'étude "Typologie socio-économique des régions frontalières de l'Union Européenne" / Marianne Guérois, Ronan Ysebaert (UMS RIATE)

En l'absence de données comparables sur les interactions tissées de part et d'autre des frontières internes de l'UE, comment dresser un panorama statistique des potentiels de coopération interrégionale et des obstacles à ces relations ? Partant des concepts de complémentarité socio-économique et de potentiel de mobilité entre espaces frontaliers, cette étude réalisée en 2016 pour l'Observatoire des territoires du CGET s'appuie sur une utilisation originale des bases de données ESPON et OpenStreetMap pour construire des mesures de discontinuités territoriales multicritères et d'accessibilité routière transfrontalière, afin de dresser une typologie des espaces frontaliers au niveau régional (NUTS 2/3). Cette présentation sera l’occasion de présenter l’approche méthodologique de l'étude et les principaux résultats qui en découlent.

Consulter la présentation en pdf

 

Moro, Cross-border Observatory Project / Claire Duvernet, Volker Schmidt-Seiwert (BBSR)

L’objectif sera de faire un état des lieux des pratiques d’observation transfrontalière en Allemagne. L’intervention présentera l’avancement du projet MORO sur les statistiques transfrontalières, dont la deuxième phase (mise en place d’un système d’observation des territoires transfrontalier au niveau fédéral)  doit débuter à la rentrée 2018. Elle présentera également les travaux en cours au BBSR pour renforcer l’observation continue des territoires transfrontaliers.

Consulter la présentation en pdf

 

Les dynamiques de l’emploi transfrontalier / Brigitte Baccaïni, Gilles Toutin (Observatoire des territoires, CGET)

Dans le contexte d’une économie mondialisée où les déplacements terrestres, maritimes et aériens sont facilités, les opportunités de travailler à l’étranger se sont multipliées. C’est notamment vrai dans l’Union européenne, au sein de laquelle l’espace Schengen organise et facilite la circulation de 2 millions de personnes travaillent au moins une fois par semaine dans un autre pays. Ce chiffre est en très forte augmentation et a été multiplié par trois depuis 1999. Pour la France, Eurostat estime ce chiffre à 438 000 travailleurs. Lorsque l’on regarde au plus près des frontières et à partir des données du recensement de l’Insee, ce sont en France 355 000 travailleurs en 2013 que l’on peut qualifier de transfrontaliers parce que leur lieu de travail est localisé à l’étranger. Qui sont ces travailleurs quels est leur profil socio-économique, diffèrent ils vraiment les actifs français travaillant près de la frontière ? Cette présentation propose un état des lieux de ces flux de travailleurs au départ de la France qui peuvent représenter jusqu’à un tiers des actifs en emploi sur certaines frontières.  Ils soulèvent des enjeux majeurs de politique publique et de gouvernance, notamment en matière d’aménagement d’infrastructures et d’offres de services au public.

Consulter la présentation en pdf

 

L'observation de la décroissance en contexte transfrontalier / Frédérique Morel-Doridat (Université de Lorraine)

 L’observation du processus de décroissance en contexte transfrontalier pose un certain nombre de défis scientifiques qui seront exposés lors de cette communication. Le principal réside dans la présentation de données à l’échelle locale et transfrontalière. En effet, la diversité des maillages territoriaux et le manque d’harmonisation des données statistiques entre pays rendent les analyses locales transfrontalières ardues (effet MAUP). En outre, les comparaisons à l’échelle transfrontalière se heurtent à une seconde difficulté inhérente aux données statistiques. Leurs différences de définition, d’années de recensement, voire leur absence sont autant d’obstacles à prendre en compte dans l’observation de la décroissance. Ces difficultés sont d’autant plus notables dès lors que l’on considère le processus de décroissance comme un processus global et non plus comme la seule manifestation de la perte en population.

Consulter la présentation en pdf

 

Les politiques publiques transfrontalières

Quelles perspectives pour une gouvernance des politiques publiques transfrontalières dans un contexte européen post2020 ?
Christina Bezes-Feldmeyer, Jean Luc Frès (Mission des Affaires européennes, CGET)

Consulter la présentation en pdf

 

Appréhender la pratique de l’aménagement du territoire transfrontalier : la méthode du Planspiel (jeu d'aménagement) / Nicolas Dorkel (Université de Lorraine) et Estelle Evrard (Université du Luxembourg)

Concevoir un aménagement du territoire transfrontalier, c’est envisager la convergence de normes juridiques, de pratiques, de cultures et de langues ; un projet pour le moins ambitieux et complexe. En postulant que l’aménagement du territoire ne repose pas uniquement sur des normes et que les objectifs et pratiques des aménageurs peuvent converger (e.g. développement durable, limitation de l’étalement urbain), le groupe de travail aménagement du territoire en Grande Région propose de mettre la pratique de l’aménagement au cœur de la réflexion. Pour ce faire, ce groupe de travail réunissant des chercheurs de l’ensemble des universités partenaires de l’Université de la Grande Région, a organisé un atelier avec une quinzaine de praticiens de cet espace. En recourant à la méthode du Planspiel (jeu d’aménagement), le groupe de chercheurs a pu observer comment des praticiens pensent et négocient la mise en place d’un Ecoparc transfrontalier. Nicolas Dorkel et Estelle Evrard, deux chercheurs associés à ce groupe de travail, présenteront les résultats de l’utilisation de cette méthode. Les conclusions opérationnelles de ce travail sont disponibles sous la forme d’un Policy Paper sous : http://spatialplanning.borderstudies.org/
 
 

Utilisation de la connaissance par les démarches d’aménagement : exemple du SRADDET Grand Est / Stéphanie Bailo (Région Grand Est)

Située au cœur de l’Europe, le Grand Est partage 760 km de frontières avec quatre pays : la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la Suisse.
Complexité mais atout indéniable, qui en fait la région française la plus européenne avec de multiples formes de coopération transfrontalière.
Cette nouvelle Région élabore actuellement son Schéma Régional d’Aménagement de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET) qui sera la vision d’avenir pour les territoires du Grand Est sur l’aménagement et le désenclavement des territoires, les transports et la mobilité, l’énergie, la biodiversité, l’eau et les déchets. La dimension transfrontalière dans l’élaboration de ce schéma est prégnante, avec une mobilisation des connaissances existantes et une volonté de concertation transfrontalière allant de la co-constrution à la consultation formelle. Cette intégration transfrontalière dans l’élaboration du SRADDET à néanmoins des limites comme les différences d’organisation administrative, de compétence ou encore de façon de planifier de part et d’autre des frontières. Au-delà des coopérations traditionnelles, de nouvelles formes de coopérations transfrontalières seraient à inventer ?

Consulter la présentation en pdf

 

Grand Genève : de l'observation au projet de territoire et au monitoring / Bruno Beurret (Grand Genève, Département présidentiel du Canton de Genève)

Les partenaires du Grand Genève ont mis en place l'Observatoire statistique transfrontalier, et GéoAgglo, le système d'information de l'agglomération franco-valdo-genevoise. Grâce à un investissement soutenu et continu, ces outils permettent une meilleure connaissance des territoires, préalable indispensable à l'élaboration du Projet de territoire du Grand Genève, notamment pour le diagnostic et la prospective. Les données géographiques offrent la base nécessaire pour développer et coordonner les projets en matière de mobilité, d'urbanisation et d'environnement, tant à grande échelle qu'à petite échelle. Les applications développées à partir de ces données permettent d'une part de suivre l'évolution du territoire transfrontalier et la mise en œuvre des près de 500 mesures du Projet de territoire, d'autre part de communiquer de façon attractive sur les réalisations.

Consulter la présentation en pdf

 

 

Consulter le compte rendu du séminaire

Personnes connectées : 1